Martin Schoeller

Campagne Artistique 2017/2018

Depuis 42 ans Pernod Ricard offre à un artiste contemporain l’opportunité d’une carte blanche pour illustrer son rapport annuel. Depuis plusieurs années, Pernod Ricard a fait le choix de mettre ses collaborateurs sur le devant de la scène en les proposant comme modèles d’un jour à un photographe de renommée internationale. Pour cette nouvelle collaboration, Inspiring Action, Pernod Ricard & Martin Schoeller mettent à nu dix-huit collaborateurs du Groupe, venus de tous horizons, tous corps de métiers. Sans référence à leurs environnements respectifs, sans artifices, sans retouches, cette campagne nous permet de mettre un visage – ou plutôt des visages – sur nos 18 500 Créateurs de Convivialité.

‘Inspiring Action’ capture le Mindset de nos collaborateurs

Tout au long de l’année, je parcours le monde à la rencontre des collaborateurs de Pernod Ricard dans nos 87 filiales. Et à chaque fois, je m’étonne encore de la manière dont ils s’approprient la culture du Groupe et son Mindset, quelles que soient leur origine, leur culture ou leur fonction.

Qu’il s’agisse de la fraîcheur de la jeunesse, de l’audace et de l’impétuosité des millenials ou encore des traits que l’expérience a forgés, tous nos collaborateurs ont changé le visage de Pernod Ricard au fil du temps. Cependant tous restent déterminés dans leur vision, engagés dans l’action, passionnés par leurs marques, investis sur le terrain et résolument tournés vers l’avenir. Ils font tout simplement la fierté et le succès de notre Groupe depuis 1975.

Martin Schoeller signe pour Pernod Ricard une série de 18 clichés, justes et puissants. Il dresse un portrait au naturel des visages de Pernod Ricard. Etre « Créateurs de convivialité » comme le rappelle notre signature, c’est finalement être soi-même, honnête et ouvert à l’autre dans tout ce que nous entreprenons. La convivialité, c’est la vérité d’un moment partagé. C’est être authentique, brut et sans formalisme, tel que l’on se présente. Avec la même lumière, le même cadrage et le même angle, Martin Schoeller a su révéler la richesse de chaque collaborateur en puisant dans la profondeur intrigante de son regard. Ils se complètent ou diffèrent, interpellent ou interrogent mais nous nous reconnaissons tous en chacun d’eux parce que ce moment de vérité nous inspire. Ils forment les visages « d’Inspiring Action » by Pernod Ricard.

Making Of de la campagne artistique

Martin Schoeller Studio

Martin Schoeller est un photographe portraitiste allemand, né en 1968. Il a étudié à la Lette Verein à Berlin. Il vit et travaille à New York.

Maintes fois récompensé, il est connu pour ses portraits en très gros plan. Les visages anonymes sont traités avec la même intensité d’étude que ceux des personnalités. L’inconnu et le trop bien connu se retrouvent ainsi à un niveau élevé de comparaison, sur lequel les références du spectateur – célébrité, valeur, honnêteté – sont mises en balance. Ayant grandi en Allemagne, il a été profondément influencé par les nombreux portraits de gens pauvres, de travailleurs et de bourgeois réalisés par August Sander, de même que par Bernd et Hilla Becher, qui engendreront plus tard toute une création photographique connue sous le nom de l’Ecole des Becher. Les portraits en très gros plan de Martin Schoeller mettent en relief, dans une même mesure, les traits du visage, étudiés ou non-étudiés, de ses sujets – leaders mondiaux et groupes indigènes, stars du cinéma et sans-abris, athlètes et artistes – les réunissant tous dans un style naturellement démocratique.

Martin Schoeller a été l’assistant d’Annie Leibovitz de 1993 à 1996. Il se lance ensuite dans une carrière freelance, réalisant des portraits de personnes rencontrées dans la rue. Ce travail est vite remarqué pour son fort impact visuel et depuis 1998, ses portraits apparaissent dans des magazines tels que Rolling Stone, National Geographic, TIME, GQ, Esquire, Entertainment Weekly et le New York Times Magazine, entre autres. En 1999, il rejoint Richard Avedon en tant que portraitiste attitré du célèbre magazine The New Yorker, pour lequel il continue de travailler. Ses portraits sont exposés et collectionnés dans le monde entier. Ils ont fait l’objet de plusieurs expositions personnelles en Europe et aux Etats-Unis et d’acquisitions dans la collection permanente de la National Portrait Gallery, de la Smithsonian Institution à Washington DC.

Interview de Martin Schoeller 

Comment est née l’idée de vous concentrer sur les close-ups?

J’ai toujours été fasciné par les visages. Que peut-on réellement savoir d’une personne en regardant son visage : qu’est-ce qu’une expression honnête ? Un photographe peut-il représenter l’âme de quelqu’un ? Qu’est-ce qui rend un visage sympathique ? Je crois que le close-up est la forme la plus pure du portrait, par son approche intimiste et les questions qu’il soulève. Tout tourne autour du visage, rien d’autre ne compte. Il n’y a pas d’indice sur le statut social, et je photographie chaque personne exactement de la même manière. J’invite à la comparaison, à la remise en question des notions de célébrité, de valeur et d’honnêteté.
Qu’est-ce qui vous a poussé à accepter l’invitation de Pernod

Ricard à photographier ses collaborateurs ?

J’ai apprécié que Pernod Ricard mette en avant ses propres collaborateurs dans une campagne mondiale, et leur volonté de le faire dans mon univers artistique. Sans retouches, sans accessoires, sans costumes, juste eux, tels qu’ils sont. Ce sont des inconnus pour le reste du monde pourtant ils ont une valeur inestimable pour Pernod Ricard. Savoir qu’ils font partie d’un Groupe à l’initiative de cette campagne provoquera des questionnements, et poussera les personnes exposées à ces photos à se demander ce qu’on peut apprendre de quelqu’un en ne regardant que son visage. Je n’ai pas de réponse. La seule chose que je sais, c’est que nous sommes tous très similaires.

Quel était l’état d’esprit des collaborateurs lors du shooting ?

J’ai perçu beaucoup d’excitation, les modèles étaient heureux d’être là, d’être choisis, de faire partie de ce projet. Ils étaient également un peu anxieux et nerveux, impressionnés. Leur parler les a aidé à se détendre de plus en plus et j’espère que l’expérience leur a plu. Grâce à eux, j’ai énormément appris sur la fabrication des spiritueux, j’ai aimé leur passion lorsqu’ils parlaient de leur métier, de leurs marques. Je suis dorénavant un consommateur plus averti !